Ecoutez le soliloque des fous qui braillent debout sur leurs lits dressés ! Tout seul dans leurs tranchées de plumes, ils entendent des oiseaux chanter et semblent vouloir les rejoindre en crevant le plafond de leurs âmes malades.

Leurs rêves éveillés projettent des mondes sans portes.
Cramponnés à leur lit, vaisseau d’errance, cheval de plumes,
ils imaginent de long voyages où le monde défilerait sans fin.
La ténacité de leurs rêves fait parfois s’effondrer les murs et les voilà dehors !

Le vide se remplirait de ce qu’ils inventent ou l’ont ils vécu ? Et ce bruit de pas dans leur tête !

Leurs souvenirs projettent un personnage hybride, fruit compressé de deux histoires qui n’en fait plus qu’une dans leur tête.
Souvenirs de guerre mêlés confusément à une période d’incarcération d’où naquit leur folie ? Ils vivent effectivement dans une sorte de quatrième dimension, hors temps, hors lieu.

C’est le groupe lui même qui s’enferme ou se délivre au gré de ses souvenirs. Il n’est ni dedans, ni dehors, simplement livré à sa propre folie.
Cet état leur fait vivre en boucle fermé un passé devenu indélébile.

Mortels éclats de rire
de ces frères bagnards qui jouent avec leurs propres souffrances. Expédition paddock nous plonge dans un passé amère, patrimoine ineffaçable de l’histoire des hommes dont nous portons tous une petite part.

Le lit comme élément central
Le dortoir s’installe au départ avec un aspect décalé : un mur de lit debout, sorte de rideau de théâtre improvisé.
Suit une explosion qui durera 45 minutes, le dortoir se déchaîne, bascule dans la folie. De par sa taille et son poids, le lit propose de multiples possibilités de transformations et devient un castelet, un mur, une cage, une tranchée, une guérite ou un perchoir.

Le positionnement du lit à la verticale permet des variations acrobatiques, et offre aux circassiens la possibilité d’utiliser leur langage.

Au corps à corps, ces hommes inventent une danse furieuse ou s’entremêlent cascades, chutes, acrobaties décalées, chants et musique de ferraille… Entre cauchemar et réalité, Expédition Paddock nous introduit dans un univers grinçant, proche de la folie où l’humour est cependant omniprésent.

 

CHORÉGRAPHIE : Olivier Germser

DANSEURS : Maxime Herviou,  Denis Cefelman,  Renaud Djabali,  Nicolas Mayet et Benjamin Tricha

DÉCORS : Eric Jaffrenou et Cédric Antoine

COSTUMES : Aude Gestin

COPRODUCTION : Le Fourneau, Brest

SOUTIENS : Ville de MorlaixVille de St-Martin-des-Champs,  Département du Finistère, Région BretagneDRAC Bretagne

Fermer le menu